Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du avril, 2016

PREMIER MAI DU GRAND VICTOR...!

Premier mai



Tout conjugue le verbe aimer. Voici les roses.
Je ne suis pas en train de parler d'autres choses.
Premier mai ! l'amour gai, triste, brûlant, jaloux,
Fait soupirer les bois, les nids, les fleurs, les loups ;
L'arbre où j'ai, l'autre automne, écrit une devise,
La redit pour son compte et croit qu'il l'improvise ;
Les vieux antres pensifs, dont rit le geai moqueur,
Clignent leurs gros sourcils et font la bouche en coeur ;
L'atmosphère, embaumée et tendre, semble pleine
Des déclarations qu'au Printemps fait la plaine,
Et que l'herbe amoureuse adresse au ciel charmant.
A chaque pas du jour dans le bleu firmament,
La campagne éperdue, et toujours plus éprise,
Prodigue les senteurs, et dans la tiède brise
Envoie au renouveau ses baisers odorants ;
Tous ses bouquets, azurs, carmins, pourpres, safrans,
Dont l'haleine s'envole en murmurant : Je t'aime !
Sur le ravin, l'étang, le pré, le sillon même,
Font des tach…

Hier soir...!

Si vous recherchez un petit mot pour une réconciliation après une dispute, ou pour lui déclarer votre amour, cette rubrique est faite pour vous ! Souvenez-vous de ces mots d'Alfred de MussetLe plaisir des disputes, c'est de faire la paix. Alors, réconciliez-vous ! N'attendez pas que les choses s'enveniment, et faites vous-même le premier pas. Par contre, si vous l'aimez en secret et n'osez lui déclarer votre flamme amoureuse, il est d'autres mots qu'il vous faut garder en mémoireMieux vaut avoir des remords que des regrets. Autrement dit, mieux vaut regretter un acte tenté plutôt qu'une démarche non effectuée ! Pour résumer :Qui ne tente rien n'a rien. Osez, et écrivez-lui votre déclaration d'amour, lancez-vous afin de savoir si vos sentiments sont partagés !

Louis Lambert
est un roman français d’Honoré de balzac, paru en volume aux éditions Gosselin en 1832 puis en 1836 suivi de Séraphîta chez Werdet. Il figure à la même place dans les Étude…

ASSIS EN FACE...!

L'ECUREUIL ET LA FEUILLE

en souvenir de my sweet friend of Paris Maïté

UN BEAU POEME DU GRAND VICTOR...!

Attente Monte, écureuil, monte au grand chêne,
Sur la branche des cieux prochaine,
Qui plie et tremble comme un jonc.
Cigogne, aux vieilles tours fidèle,
Oh ! vole et monte à tire-d'aile
De l'église à la citadelle,
Du haut clocher au grand donjon.
Vieux aigle, monte de ton aire
A la montagne centenaire
Que blanchit l'hiver éternel.
Et toi qu'en ta couche inquiète
Jamais l'aube ne vit muette,
Monte, monte, vive alouette,
Vive alouette, monte au ciel !
Et maintenant, du haut de l'arbre,
Des flèches de la tour de marbre,
Du grand mont, du ciel enflammé,
A l'horizon, parmi la brume,
Voyez-vous flotter une plume
Et courir un cheval qui fume,
Et revenir mon bien-aimé ?
Victor Hugo