Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2016

LORSQUE L'ENFANT PARAIT...!

Titre : Lorsque l'enfant paraîtPoète : Victor Hugo (1802-1885)Recueil : Les feuilles d'automne (1831).


Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille
Applaudit à grands cris.
Son doux regard qui brille
Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,
Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,
Innocent et joyeux.

Soit que juin ait verdi mon seuil, ou que novembre
Fasse autour d'un grand feu vacillant dans la chambre
Les chaises se toucher,
Quand l'enfant vient, la joie arrive et nous éclaire.
On rit, on se récrie, on l'appelle, et sa mère
Tremble à le voir marcher.

Quelquefois nous parlons, en remuant la flamme,
De patrie et de Dieu, des poètes, de l'âme
Qui s'élève en priant ;
L'enfant paraît, adieu le ciel et la patrie
Et les poètes saints ! la grave causerie
S'arrête en souriant.

La nuit, quand l'homme dort, quand l'esprit rêve, à l'heure
Où l'on entend gémir, comme une…

ENCORE UN SOIR...!

Encore un soir



Une photo, une date
C'est à n'y pas croire
C'était pourtant hier, mentirait ma mémoire
Et ces visages d'enfants, et le mien dans ce miroir
Oh, c'est pas pour me plaindre, ça vous n'avez rien à craindre
La vie m'a tellement gâtée, j'ai plutôt du mal à l'éteindre
Ô mon Dieu, j'ai eu ma part
Et bien plus à tant d'égards
Mais quand on vit trop beau, trop fort, on en oublie le temps qui passe
Comme on perd un peu le nord au milieu de trop vastes espaces
À peine le temps de s'y faire, à peine on doit laisser la place
Ô si je pouvais
Encore un soir, encore une heure
Encore une larme de bonheur
Une faveur comme une fleur
Un souffle, une erreur
Un peu de nous, un rien de tout
Pour tout se dire encore ou bien se taire
Un regard, juste un report
À peine encore, même s'il est tard
Si j'aimais rien demandé, ça c'est pas la mer à boire
Allez, face à l'éternité, ça va même pas se voir
Ça resteras entre nous, ô juste un léger r…

L'ENCRIER...!

LE BEL AMOUR