Accéder au contenu principal

UNE GRAVE MALADIE M'A ELOIGNE DE VOUS JE VOUS REMERCIE DE TOUS VOS GENTILS MESSAGES...!

 

La jeunesse des vieux.

Recueil : La Grive des Vignes (1895)
Ô jeunes hommes ! notre joie,
Vous ne la connaissez point,
De voir, comme un bouton rougeoie,
Le printemps qui point.

Quand le soleil, tout jeune, dore
Les toits hier pluvieux,
Une aube de jeunesse encore
Rit au cœur des vieux.

Il ranime, par la fenêtre
Que l'on se hâte d'ouvrir,
Du frisson de ce qui va naître
Ce qui va mourir ;

Lui, par qui tant de fleurs écloses
Enchanteront les pourpris,
Il évoque d'anciennes roses
À nos fronts flétris,

Et, quand l'or de sa gloire abonde,
Aux miroirs que nous fuyons
Nous fait la chevelure blonde
Avec ses rayons.

C'est pour nous qu'il chasse les brumes !
En l'hiver blanc de glaçons
Vous mêlez aux toux de nos rhumes
Des bruits de chansons ;

Qu'il vente ou qu'il neige, n'importe !
Sans trêve, en vos jeunes cœurs,
Triomphe l'ardeur douce et forte
Des juillets vainqueurs ;

Vous connaissez, lèvres ignées,
Les baisers jamais finis,
Même quand les fleurs sont fanées
Et vides les nids.

À ceux que l'hiver ensommeille
Il faut l'avril de retour
Pour qu'en eux s'ouvre, fleur vermeille,
L'amour de l'amour.

Mais, alors, la douceur est telle
D'être si rare, on la sent
Si divine d'être mortelle
Presque en renaissant,

Que notre âme illusionnée
Ne voudrait pas changer pour
Votre été de toute l'année
Nos printemps d'un jour !


Catulle Mendès.


Commentaires

  1. Bonjour Gérard,
    Je suis triste de lire ton billet et souhaite de tout coeur que ta santé s'améliore.
    Mes pensées t'accompagnent.
    Courage
    Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Gegouska,
    Je m'en doutais tu sais, mais j'espérais me tromper ... Je suis bien triste et inquiète tu sais.
    Je croise les doigts ... Courage mon ami et essaies de temps en temps de nous donner de tes nouvelles ... Je pense à toi, grosses bises, Véronique

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, j'espère que tu vas mieux ! Très bien le poème que tu as choisi ! Bonne fin de semaine, bisous

    RépondreSupprimer
  4. Ton info m'a perturbé dans la lecture, j'ai repris 2 fois du poème... ! la première fois, indigeste, la deuxième je récupère le vocabulaire et pour la dernière avec plus de clairvoyance !

    RépondreSupprimer
  5. Courage l'Ami.
    Gros bisous des marseillais

    RépondreSupprimer
  6. Buongiorno Gegouska,

    Un petit coucou, bien que je trouve ce poème un peu tristounet.
    Je suis contente que tu sois revenu sur ton blog, que tu ne te laisses pas aller, continue à te battre comme tu le fais chaque jour sans jamais désespérer, en restant toujours positif.
    Bacioni della tua amica
    Prima

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir Gegouska,
    Un petit bonsoir de la parisienne ... Je pense à toi. Grosses bises, Véronique

    RépondreSupprimer
  8. Un poème magnifique et désabusé d'un homme sage et qui sait que la vie a la saveur d'avoir été vécue, que redevenir jeune n'aurait de sens qu'en gardant la connaissance acquise au cours du temps passé! Bon courage Gégouska, prends soin de toi!

    RépondreSupprimer
  9. C'zst un fort beau poème que je découvre, pensées amicales Gégouska, dans l'adversité plein de courage je te souhaite, bien à toi, bises

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Si vous avez un compte Google , vous pouvez vous identifiez dans la liste déroulante commentaire
2)Si vous n'avez pas de compte Google , inscrivez votre Nom et votre URL , et seulement après rentrez votre commentaire
3)Pour les autres il y a toujours le lien Anonyme , mais n'oubliez pas de signer avec votre lien blog ou votre petit nom pour que je puisse vous retrouver
Ensuite vous faites publier , et tout devrait être bon ...merci à vous
MERCI DE VOTRE PASSAGE SUR MON BLOG ET DE VOTRE COMMENTAIRE MES AMIS A BIENTÔT

JE SUIS l'ami Gégouska

Posts les plus consultés de ce blog

LE LOUP MORALISTE DU GRAND VOLTAIRE...!

Le loup moraliste
Un loup, à ce que dit l’histoire,
Voulut donner un jour des leçons à son fils,
Et lui graver dans la mémoire,
Pour être honnête loup, de beaux et bons avis.
« Mon fils, lui disait-il, dans ce désert sauvage,
A l’ombre des forêts vous passez vos jours ;
Vous pourrez cependant avec de petits ours
Goûter les doux plaisirs qu’on permet à votre âge.
Contentez-vous du peu que j’amasse pour vous,
Point de larcin : menez une innocente vie ;
Point de mauvaise compagnie ;
Choisissez pour amis les plus honnêtes loups ;
Ne vous démentez point, soyez toujours le même ;
Ne satisfaites point vos appétits gloutons :
Mon fils, jeûnez plutôt l’avent et le carême,
Que de sucer le sang des malheureux moutons ;
Car enfin, quelle barbarie,
Quels crimes ont commis ces innocents agneaux ?
Au reste, vous savez qu’il y va de la vie :
D’énormes chiens défendent les troupeaux.
Hélas ! Je m’en souviens, un jour votre grand-père
Pour apaiser sa faim entra dans un hameau.
Dès qu’on s’en aperçut : …

A DEUX BEAUX YEUX...!