Accéder au contenu principal

LA VIE EST UNE FLEUR...!


La vie est une fleur.

Recueil : Poèmes (1990)
La vie est une fleur qui s'épanouit lentement
Un a un ouvre ses pétales, éclatante de beauté
Puis doucement s'éteint et se fane.
Les gouttes de rosée viennent caresser le bourgeon
Recroquevillé tel un fœtus.
Puis dans un cri s'arrache du ventre de la terre,
Sa mère nourricière.
Dans l'éclat du petit matin hésite, tremblante et s'ouvre,
Réchauffée par la lumière et les premiers rayons du soleil.
Bercée tendrement par la douceur du vent printanier
Laissant couler les dernières larmes de pluie
Sur sa robe encore froissée.
Protégée par sa fragilité et sa beauté éphémère
Comme l'enfant, petit être naïf et innocent
Frêle, émerveillée, lentement se redresse et grandit
Découvre la vie, s'émerveille et s'épanouit
Puis rebelle, tête haute brave les forces et les tempêtes
Adulte, trace son chemin, se résigne
Accepte son destin
Lentement regarde sa vie,
S'accroche au passé
Mais l'avenir défile droit devant
Et paisible elle s'éteint
Epargnée par sa fragile nature
Des agressions qui auraient pu l'anéantir.
La main innocente qui arrache la beauté de cette fleur
Ou la haine qui l'écrase de sa botte
Douloureusement se replie et se recroqueville
Dans une pluie, verse ses larmes fécondes
Nourrit la terre de sa source.


Christelle David

Commentaires

  1. Coucou Gegou,
    Un joli poème.
    Croquons la vie à pleine dent même si elle nous joue parfois des tours.
    Bonne continuation.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Coucou
    Merci pour ce texte choisi ..
    Bonne journée à toi
    Bises

    RépondreSupprimer
  3. Salut
    J'aime bien ce poème,
    Il retrace aisément la vie en pensant à la fleur,
    bonne journée

    RépondreSupprimer
  4. verismo-lagardere23 juin 2017 à 14:50

    La rose a la beauté que la vie que nous vivons n'a pas

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Gegouska,
    C'est vraiment un magnifique poème, merci du partage ... J'ai lu ton commentaire chez Cendrine (Une fée dans Paris) et je suis bien triste ... Je pense à toi. Grosses bises, amitié, Véronique

    RépondreSupprimer
  6. Une jolie fleur dont les pétales ont des nuances et des reflets à savourer au temps de la floraison...

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour, j'aime ce poème ! Bon lundi, bisou

    RépondreSupprimer
  8. humm.... ça sent une adolescence difficile, pas heureuse ! l'enfance est souvent ignorante des embuscades de la vie

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir Gegouska,
    Un petit bonsoir de la parisienne. Il a fait encore bien chaud ce weekend, un peu de pluie serait la bienvenue. J'espère que tu ne souffres pas trop de cette chaleur ... Passe une très bonne soirée, grosses bises, Véronique

    RépondreSupprimer
  10. Salut,
    Un beau texte qui résume la vie,
    C'est pourquoi il faut profiter pleinement,
    bonne semaine

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Si vous avez un compte Google , vous pouvez vous identifiez dans la liste déroulante commentaire
2)Si vous n'avez pas de compte Google , inscrivez votre Nom et votre URL , et seulement après rentrez votre commentaire
3)Pour les autres il y a toujours le lien Anonyme , mais n'oubliez pas de signer avec votre lien blog ou votre petit nom pour que je puisse vous retrouver
Ensuite vous faites publier , et tout devrait être bon ...merci à vous
MERCI DE VOTRE PASSAGE SUR MON BLOG ET DE VOTRE COMMENTAIRE MES AMIS A BIENTÔT

JE SUIS l'ami Gégouska

Posts les plus consultés de ce blog

LE LOUP MORALISTE DU GRAND VOLTAIRE...!

Le loup moraliste
Un loup, à ce que dit l’histoire,
Voulut donner un jour des leçons à son fils,
Et lui graver dans la mémoire,
Pour être honnête loup, de beaux et bons avis.
« Mon fils, lui disait-il, dans ce désert sauvage,
A l’ombre des forêts vous passez vos jours ;
Vous pourrez cependant avec de petits ours
Goûter les doux plaisirs qu’on permet à votre âge.
Contentez-vous du peu que j’amasse pour vous,
Point de larcin : menez une innocente vie ;
Point de mauvaise compagnie ;
Choisissez pour amis les plus honnêtes loups ;
Ne vous démentez point, soyez toujours le même ;
Ne satisfaites point vos appétits gloutons :
Mon fils, jeûnez plutôt l’avent et le carême,
Que de sucer le sang des malheureux moutons ;
Car enfin, quelle barbarie,
Quels crimes ont commis ces innocents agneaux ?
Au reste, vous savez qu’il y va de la vie :
D’énormes chiens défendent les troupeaux.
Hélas ! Je m’en souviens, un jour votre grand-père
Pour apaiser sa faim entra dans un hameau.
Dès qu’on s’en aperçut : …

A DEUX BEAUX YEUX...!